Les affections dentaires : traitement et prévention (par le Dr Pouyol et Dr Delattre)

Article rédigé par Dr Pouyol et Dr Delattre, vétérinaires NAC de la région de Lille (59700 Marcq-en-Barœul).

Les problèmes dentaires sont très fréquents chez le lapin et les rongeurs à cause d’une physiologie dentaire particulière. Afin de mieux comprendre les principes de la gestion et de la prévention de ces affections, nous vous conseillons de lire l’article sur « La dentition du lapin et les affections dentaires »

La gestion des problèmes dentaires du lapin est complexe et a pour objectifs principaux de

  • Maintenir le poids du lapin et son confort,
  • Favoriser une bonne usure des dents,
  • Eviter l’apparition d’abcès dentaire,
  • Espacer progressivement les contrôles dentaires quand cela est possible.

La prise en charge se fait par étapes. Il ne faut donc pas s’attendre à ce que le problème dentaire soit réglé dès la première consultation chez le vétérinaire. Voici une présentation de la démarche de prise en charge d’une maladie dentaire chez le lapin :

1. Stabilisation

Les affections dentaires sont diagnostiquées dans 2 cas distincts :

  • Lors d’une visite chez le vétérinaire (visite annuelle de vaccination par exemple) par l’examen clinique, sur un lapin qui ne semble pas encore avoir de difficultés à manger ou d’atteinte de l’état général,
  • Lors d’une consultation pour une diminution de l’appétit et/ou un ralentissement du transit et/ou une salivation ou tout autre symptôme d’origine dentaire.

Dans ce 2ème cas, la priorité est de stabiliser l’état général du lapin et de relancer son transit afin de gérer ensuite l’atteinte dentaire dans les meilleures conditions. En effet, l’arrêt de transit met en danger la vie du lapin sur le très court terme, contrairement à la malocclusion dentaire !

L’étape de stabilisation consiste à :

  • Réchauffer le lapin en cas d’hypothermie,
  • L’hydrater en cas de déshydratation ,
  • Gérer la douleur quelle qu’en soit l’origine,
  • Relancer le transit par nourrissage et médication

Une fois que le lapin est en meilleur état général, le vétérinaire s’intéresse à la gestion des problèmes visibles dans la bouche du lapin.

2. Gestion locale

L’examen dentaire et la régularisation de pointes dentaires peuvent se faire sur un lapin non endormi même si l’anesthésie permet de détecter des anomalies fines et d’aplanir les surcroissances. La décision d’avoir recours ou non à l’anesthésie est prise par le vétérinaire au cas par cas. Au cours de cet examen, le vétérinaire vérifie la longueur des dents, leur orientation, leur bonne attache dans la mâchoire, leur aspect, etc.

Une fois ce premier bilan réalisé, les corrections sont faites à l’aide d’instruments spécifiques. Il ne faut surtout pas couper les incisives au coupe-griffe ou à l’aide d’une pince coupante au risque de créer des fractures dentaires qui aggravent la situation. Le vétérinaire utilise une fraise dentaire ou une petite Dremel®. Les anomalies des dents du fond de bouche sont également traitées à l’aide d’instruments de dentisterie adaptés (limes, pinces, sondes…) afin de couper les pointes dentaires qui blessent les joues et/ou la langue et de raccourcir les dents trop longues.

Après cette régularisation dentaire, le lapin reçoit parfois un accompagnement anti-inflammatoire afin de gérer la douleur des plaies résiduelles issues des anomalies dentaires. Il remange généralement dans les 24 à 48h. Un antibiotique est parfois nécessaire si une infection est repérée lors de l’examen.

3. Gestion environnementale

Comme expliqué dans l’article sur la dentition du lapin, les affections dentaires ont plusieurs origines et sont rarement primaires. Dans le cas des affections acquises, certaines corrections de l’alimentation du lapin permettent de limiter la fréquence des récidives.

 Cf. article sur l’alimentation du lapin de compagnie

Le plus important est de favoriser une usure naturelle des dents en fournissant au lapin des aliments riches en fibres l’obligeant à faire fonctionner sa mâchoire correctement. Le lapin doit manger du foin en quantité suffisante (au moins son volume en foin par jour). Il peut s’avérer utile d’essayer différents types et différentes marques de foin afin d’identifier celui qui plait à son propre lapin. Pour les lapins mangeant peu de foin, il existe des mélanges d’herbes coupées séchées appétants et riches en fibres que l’on peut donner en complément (Cunipic Dental® par exemple). Le 2nd apport en fibres au sein d’une alimentation de lapin est les légumes verts. Les herbes aromatiques sont les plus riches : céleri branche, fenouil, coriandre, persil, etc. Il faut éviter les fruits et trop de carotte, étant trop riches en sucres. L’absence de ces « mauvais » aliments va inciter le lapin à manger des quantités importantes de fibres et favoriser ainsi l’usure dentaire. Il existe également des extrudés très riches en fibres (Fibafirst® par exemple) qui permettent de compléter ce régime de base. Ils se présentent sous forme de bâtonnets de fibres compactées à distribuer à la place des extrudés classiques.

Les mélanges de graines doivent être bannis de l’alimentation du lapin car ils favorisent une usure asymétrique et insuffisante des dents. En effet, ces mélanges sont peu fibreux et engendrent un tri dangereux et non naturel.

Une étude récente a montré que l’exposition aux UV n’a pas d’influence sur l’apparition des problèmes dentaires. Il semble donc que, même si les UV interviennent dans le métabolisme du calcium (très présent dans les dents), l’exposition des lapins n’a pas d’intérêt dans la prise en charge de malocclusion dentaire.

4. Investigation en cas de récidive

Lorsque les problèmes dentaires reviennent régulièrement, les causes de récidives doivent être recherchées. Pour cela, l’examen de choix est le scanner (diagnostic plus précis que la radiographie dans 80% des cas). Il permet de visualiser en 3 dimensions les os du crâne et les racines dentaires du lapin. Les anomalies fréquentes observées sont :

  • Une infection de la racine dentaire susceptible de toucher l’os de la mâchoire. Cette atteinte douloureuse peut être responsable d’une diminution d’appétit même si les dents paraissent normales dans la bouche,
  • Une orientation anormale congénitale

L’identification précise des structures impliquées permet la mise en place d’un traitement ciblé.

Certaines de ces anomalies sont également visibles à la radiographie même si la superposition des structures du crâne rend plus complexe l’interprétation des images.

Radiographie de la tête d’un lapin.
Racines dentaires et dents anormales.

5. Gestion des causes sous-jacentes

Si une cause primaire au problème dentaire est identifiée, comme une infection, il est parfois possible de mettre en place un traitement. Chaque cas est différent et il existe de nombreuses méthodes de gestion de ces infections parmi lesquelles le vétérinaire NAC choisit la plus adaptée au lapin.

La base de la lutte contre les infections des racines dentaires consiste à administrer au lapin des antibiotiques sur une longue durée (plusieurs semaines) afin de diffuser jusque dans l’os et les racines dentaires.

Dans certains cas, les dents sont très abimées et l’infection les rend instables. C’est le cas en particulier lorsque la dent est à l’origine d’un gros abcès qui attaque l’os de la mâchoire. Il est alors nécessaire d’enlever les dents par chirurgie en même temps que de traiter l’abcès. Malgré les interrogations que cela soulève, l’intégralité des incisives peut être retirée à un lapin. Celui-ci s’adapte ensuite très facilement en attrapant les aliments à l’aide de ses  lèvres et de sa langue. Des prémolaires et molaires peuvent également être retirées malgré que cela modifie l’équilibre d’usure des dents dans la bouche du lapin. En effet, les dents s’usent les unes contre les autres au sein d’une bouche normale : celles du bas sur celles du haut et vice versa. En conséquence, après une extraction, l’absence d’une dent peut contrarier l’usure de la dent d’en face qui y correspondait. Il est alors important de surveiller régulièrement l’usure des dents restantes et de les limer au besoin.

Malheureusement, même si la cause primaire de la malocclusion dentaire est traitée, les dégâts ne sont pas toujours réversibles et les récidives restent possibles. Par exemple, une infection peut modifier l’orientation de certaines dents. Une fois l’infection et la douleur gérées, les dents peuvent ne pas reprendre une orientation normale et leur usure rester anormale toute la vie du lapin.

Ainsi, la gestion des anomalies dentaires n’est pas tout le temps simple. La prise en charge la plus adaptée reste celle de prévenir toute atteinte dentaire en maitrisant la qualité du régime alimentaire du lapin et en faisant contrôler l’état de sa dentition régulièrement.

A propos Association Marguerite & Cie 2008 Articles
Reconnaissance et protection du lapin de compagnie

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*