Cage et clapier : inadaptés pour les lapins

La cage, tout comme le clapier, est souvent utilisée par habitude, facilité et méconnaissance des besoins du lapin.

On a effectivement l’habitude de voir les lapins de ferme en clapier et les lapins domestiques en cage.

Les animaleries accroissent encore cette mauvaise habitude en proposant concomitamment à la vente, lapins et cage ou clapier.

C’est aussi une solution de facilité pour les personnes qui ne prennent pas la peine de s’informer ou ne veulent pas éduquer, sécuriser leur habitat.

La cage ou le clapier, un habitat cruel

  • Il ne nous viendrait pas à l’idée d’enfermer un chat ou un chien, toute la journée et la nuit, dans une cage. C’est pourtant ce que l’on fait subir aux lapins qui sont des êtres sociaux et ayant besoin d’interagir avec leur environnement.
  • Le lapin a également besoin de courir, bondir, explorer son environnement. En cage, rien de tout cela n’est possible, le lapin n’a rien à faire. Il se sent frustré, devient apathique, dépressif, développant des comportements stéréotypés tels que ronger les barreaux de sa cage, secouer ses gamelles, se toiletter excessivement, balancer la tête de manière répétitive …. Tous ses comportements sont les signes d’un profond mal-être.
  •  Malheureux, il peut même devenir agressif, ce qui ne fera qu’aggraver sa situation, ses propriétaires le délaissant encore un peu plus. Le lapin finit ainsi souvent isolé dans une pièce ou abandonné.
  • Etant enfermé en cage la majeure partie du temps, le lapin va avoir tendance à marquer le territoire extérieur à la cage lors de ses sorties, il sera très difficile de l’éduquer.
  • Manquant d’exercice et n’ayant rien à faire pour s’occuper, il va manger plus que nécessaire, et souvent une nourriture de mauvaise qualité, ce qui le mènera à l’obésité.
  • La sédentarité provoque également des troubles du transit et urinaires, une fonte musculaire et une fragilité globale de l’organisme, le prédisposant à toutes sortes de pathologies.
  • L’obésité, le manque d’exercice et la station permanente sur un substrat inadapté sont la cause de pododermatites, source de douleurs chroniques, qui peuvent dégénérer jusqu’à l’euthanasie.
  • Le lapin peut aussi se coincer une patte entre les barreaux de sa cage et la fracturer.

L’alternative à la cage : la liberté ou semi-liberté dans un environnement sécurisé

Afin de voir vos lapins heureux et épanouis, il suffit de sécuriser votre habitat en protégeant les fils électriques et en mettant les plantes en hauteur, de leur aménager un coin bien à eux, avec leur gamelle de nourriture et d’eau, une litière avec du foin à disposition permanente, des tapis moelleux pour courir et faire la sieste, une cabane pour se reposer et des jeux. Cela ne vous prendra que 2 ou 3 mètres carrés, vous n’aurez plus de cage inesthétique chez vous, le nettoyage sera facilité et vous cohabiterez avec des lapins heureux, exprimant toute leur personnalité et leur joie de vivre. Et vous verrez, les voir heureux, vous rendra heureux !

Si vous ne pouvez vraiment pas leur proposer la liberté, la semi-liberté avec un enclos adapté et aménagé et 4 heures de sorties minimum chaque jour reste une alternative bien plus acceptable que la cage.

Lien vers nos autres articles :

L’habitat du lapin de compagnie

Vive la liberté

L’habitat du lapin

A propos Association Marguerite & Cie 1973 Articles
Reconnaissance et protection du lapin de compagnie

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*