Point sur la vaccination du lapin de compagnie

Plusieurs vaccins sont actuellement proposés contre les deux maladies mortelles touchant le lapin, qui sont :
- la myxomatose et
- la VHD ( provoquée par le virus RHDV).
- un nouveau variant de la VHD (le RHDV-2) a également fait son apparition en 2010 en France et s’est développé depuis dans toutes les populations de lapins sauvages. Un seul vaccin protège contre ce virus : le Filavac qui est désormais proposé en dose individuelle.

Ces trois virus mortels sont transmissibles par les insectes piqueurs, par contact direct avec un animal infecté mais aussi via du matériel ayant été en contact avec le virus (comme le foin et les végétaux ou des semelles de chaussures ). Un lapin vivant en appartement est donc aussi exposé à ces virus qu’un lapin vivant à l’extérieur et ce dans toutes les régions de France.

Les vaccins principalement utilisés actuellement sont les suivants :
- Le Dervaximyxo SG33 : protège contre la myxomatose pour une durée de 4 mois.
- Le Lapinject et le Cunical : protègent tous deux contre le RHDV pour une durée de 1 an.
- Le Nobivac : protège contre la myxomatose et contre le RHDV pour une durée de 1 an.
- Le Filavac : protège contre le RHDV et le RHDV-2 pour une durée de 1 an

Pour une protection contre les 3 virus, il faut donc choisir, soit :
- Dervaximyxo SG33 : 3 injections / an + Filavac : 1 injection / an.
- Nobivac : 1 injection / an + Filavac 1 injection / an, idéalement espacés tous deux de 6 mois pour avoir 2 visites annuelles à mi chemin dans l’année.

Dans ces deux cas le Filavac doit être fait à distance des autres vaccins (1 mois minimum).

Dans ces deux cas le Lapinject et le Cunical sont inutiles puisque le Filavac protège déjà contre le RHDV.

 

Après avoir pris renseignements auprès de plusieurs vétérinaires spécialisés en NAC et en avoir débattu au sein du Conseil d’administration, l'Association Marguerite & Cie a décidé de changer le protocole vaccinal des lapins pris en charge à l’association pour trois raisons :
- L’efficacité du Dervaximyxo SG33 qui était jusqu’ici systématiquement utilisé a été remise en cause. Effectivement selon la notice, celui-ci devrait être injecté par voie intra-dermique mais celle-ci étant difficile à mettre en œuvre, il est la plupart du temps injecté en sous-cutané. La question de son efficacité par la voie sous-cutanée est actuellement débattue par les vétérinaires mais sans réponse pour l’instant nous ne souhaitons pas prendre le risque de laisser nos lapins sans couverture vaccinale suffisante.
- Le Nobivac est jugé plus efficace et avec des effets secondaires moins fréquents que les autres vaccins contre la myxomatose. Il est également jugé plus puissant mais comme pour tout vaccin, seul un lapin en bonne santé doit être vacciné.
- Le Filavac doit désormais être intégré au protocole vaccinal. Il est utilisé depuis 1 an sur les lapins d’élevage sans effet secondaire relaté.

Dorénavant , les lapins dont l’état de santé le permet, à l’association depuis plus d’1 mois, dont le transit est normalisé et qui sont négatifs à la sérologie dépistant l’encéphalito-zoonose sont vaccinés avec le Nobivac et le Filavac (une sérologie étant systématiquement demandée).

Association Marguerite & Cie
A propos Association Marguerite & Cie 1928 Articles
Reconnaissance et protection du lapin de compagnie

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*